Lundi 30 mars :

P1 : Librement gérée afin d'avancer sur le PC3 argumentation du TP (vous pouvez me soumettre vos idées et partager vos doutes/inquiétudes)

 

P2 : Les systèmes politiques (P148 / 149 de votre manuel de culture générale) Prendre connaissance du cours et répondre aux questions (toujours avec mon aide si besoin).

P3/P4 : Analyse et compréhension de texte "l'exemple fictif de l'Etat Brun de Frank Pavloff (P150/158)

 

 

Lundi 6 avril : 

P1/ P2 : Terminer le PC3 argumentation. À rendre obligatoirement par mail à 14h15

 

 Lundi 27 avril : 4 périodes pour bien avancer dans votre TP. Pour ceux qui ont eu un retour de ma part via mail vous savez quoi faire.

 

Si par mégarde dans le flot de mails j'ai oublié de vous corriger signalez le moi rapidement. Pour certains j'ai été embêté, je vous contacterai personnellement. 

Les autres sont  également priés de me contacter pour faire le point. Je rappelle que ce travail est obligatoire. 

 

Lundi 4 mai : Systèmes politiques 

P1 : librement gérée pour votre TP 

P2 : visionner le court métrage de Serge Avédikian ( https://www.youtube.com/watch?v=SP6fZrxFPMM), puis compléter le tableau Page 158 de votre manuel eCG

 

Totalitarisme : 

  1. Principe de décision :

Volonté du dictateur (choix du brun)

 

  1. Mode de décision :

par décret

 

  1. Idéologie : Il faut se conformer à l’idéologie dominante sous peine d’être emprisonné ou tué. Il n’y a pas de place pour des idéologies concurrentes. 
  1. Parti unique : Il n’y a pas d’opposition politique et de voix discordantes. Un seul parti cumule tous les pouvoirs. Il n’y a donc pas d’alternance politique et encore moins de séparation des pouvoirs.
  1. Libertés individuelles : les libertés des individus sont bafouées. Les citoyens ne peuvent pas vivre librement, exprimer leur avis et lire ce qu’ils désirent. 

 

Démocratie : 

  1. Principe de décision :

Règle de la majorité

 

  1. Mode de décision :

A la majorité

 

  1. Pluralisme politique : plusieurs partis politiques cohabitent et proposent des idéologies différentes quant à la gestion de la société. 
  1. Il n’y a pas qu’un seul parti au pouvoir. De plus, ces derniers se partagent le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif. Et le pouvoir judiciaire se charge encore de contrôler la constitutionnalité des lois.
  1. Les citoyens ont le droit d’exprimer leurs opinions, la liberté de la presse est respectée et chacun peut penser et lire ce qu’il veut. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Pourquoi Charlie a-t-il faire piquer son chien et pour quelle raison le narrateur croit-il d’abord qu’il l’a fait ?

Charlie a fait piquer son chien car il n’était pas brun. Le narrateur croit d’abord que Charlie l’a fait car il devenait trop vieux.

 

  1. A quoi les boulettes d’arsenic distribuées gratuitement par les milices servent-elles ?

Les boulettes servent à empoisonner la pâtée des chats et des chiens

 

  1. Les scientifiques de l’État national donnent plusieurs raisons pour expliquer qu’on ne laisse vivre que les chats bruns. Donnez-en trois.

1. Ils s’adaptent mieux à notre vie citadine

2. Ils ont des portées moins nombreuses

3. Ils mangent moins

 

  1. Pour quelle raison le journal le Quotidien a-t-il été interdit et par quel autre journal a-t-il été remplacé ?

Le journal a été interdit car il remettait en cause l’avis des scientifiques. Il a été remplacé par “Les Nouvelles Brunes”

 

  1. Selon vous, le fait qu’il n’y ait qu’un seul journal est-il une bonne ou une mauvaise chose ? Justifiez votre réponse.

...................................................................................................................................................................................

...................................................................................................................................................................................

...................................................................................................................................................................................

...................................................................................................................................................................................

...................................................................................................................................................................................

...................................................................................................................................................................................

 

  1. Quelles sont les interdictions progressives décrétées par l’État ? Citez-en trois.

Tout d’abord, le fait d’avoir des animaux de compagnie de couleur autre que brun est interdit. Ensuite, les journaux du même groupe que le Quotidien sont également proscrits et finalement, les livres dans les bibliothèques.

  1. Donnez deux éléments du texte qui montrent que le narrateur et son ami Charlie acceptent l’évolution de la société dans laquelle ils vivent.

“Au début, demander un pastis brun, ça nous avait fait drôle, puis après tout, le langage c'est fait pour évoluer et ce n'était pas plus étrange de donner dans le brun”.

“Je ne sais plus qui avait gagné, mais je sais qu'on avait passé un sacré bon moment, et qu'on se sentait en sécurité. Comme si de faire tout simplement ce qui allait dans le bon sens dans la cité nous rassurait et nous simplifiait la vie”.

 

  1. D’après les indications données par le texte, pourquoi le narrateur et Charlie acceptent-ils la mise en place progressive de l’État brun

Ils acceptent la mise en place de l’Etat brun car il se sentent ainsi plus en sécurité

  1. Dans le texte, qui s’oppose à la montée de l’État brun ?

Le journal le Quotidien s’oppose à la montée de l’Etat Brun

 

  1. Comparez cette montée progressive à deux évènements de l’histoire contemporaine.

On peut comparer cette montée progressive du totalitarisme à l’Allemagne nazie ou au fascisme en Italie.

 

  1. Vers la fin du texte, qu’arrive-t-il à Charlie et pourquoi ?

Charlie se fait enlever parce qu’avant il possédait un chien qui n’était pas brun. Il est donc accusé d’avoir pris un chien brun pour faire croire qu’il avait changé de mentalité. 

 

  1. A la fin du texte, le narrateur éprouve-t-il des regrets par rapport à son attitude passée ? Répondez par une phrase complète et citez une phrase du texte qui valide votre réponse.

Oui, il regrette de ne pas avoir résisté davantage à la montée de l’Etat brun. “J'aurais dû me méfier des Bruns dès qu'ils nous ont imposé leur première loi sur les animaux. “Après tout, il était à moi mon chat, comme son chien pour Charlie, on aurait dû dire non”.

 

  1. Quelles sont les excuses que le narrateur se trouve pour justifier son absence de réaction ?

Il dit que ce n’est pas facile avec le travail, les soucis de tous les jours et le fait que les autres aussi baissent les yeux devant ce qui se passe.

 

14. A la fin du texte, qui frappe à la porte ? 

Les milices de l’Etat brun

 

  1. Comment comprenez-vous la fin du texte ? Que va-t-il de toute évidence se passer sans que ce soit explicitement écrit ?

Le narrateur va sûrement se faire enlever, comme Charlie, parce qu’avant il possédait un chat qui n’était pas brun. Il risque de se faire déporter dans un camp et peut-être tuer.

 

  1. A votre avis, ce texte est-il une dénonciation du passé ou une mise en garde pour l’avenir ? Justifiez votre réponse.

Ce texte peut être à la fois une dénonciation du passé et de la montée des régimes totalitaires que l’Europe a connu pendant le 20ème siècle mais également une mise en garde pour les sociétés futures. En effet, l’auteur, à travers l’exemple de la société brune, nous incite à ne pas nous soumettre quand nos libertés sont bafouées. Il nous montre par-là que nous pouvons rapidement glisser dans un régime totalitaire. 

 

  1. Quel est le système politique de l’État brun ? Justifiez votre réponse.

Il s’agit d’un régime totalitaire. Aucune forme d’opposition n’est tolérée et les individus sont tous contrôlés. L’idéologie du parti au pouvoir (ou du dictateur) est imposée et il est strictement interdit de s’y opposer au risque de se faire emprisonner ou tuer.